les images



jacques dans tous ses états le sentier creusé pont suspendu
passerelle aérienne claude et jack passage étroit
les bains sulfureux jouissance sous la douche

Le sentier de l'émotion



Haut lieu des pyrénées orientales, la Carança offre aux amateurs des sensations jusqu'alors inconnues.
Son ascension prend des allures de jeu de piste avec une succession de ponts suspendus et de passerelles métalliques.
Tel un portail donnant sur un autre monde, un pont enjambe l'entrée de la gorge. Comme pour renforcer l'aspect irréel de cette formidable et étroite échancrure rocheuse, un superbe train franchit avec lenteur le petit ouvrage de pierre: c'est le train jaune.
Ainsi se dessine l'entrée de la gorge de la Carança, un des itinéraires les plus originaux des pyrénées.
Le sentier qui méne aux lacs et aux estives de la Carança a, en effet, de quoi vous laisser pantois. Passages aériens en plein milieu d'une falaise verticale, tunnel exploitant les jeux de la roche ou passerelles suspendues au dessus d'un torrent tumultueux, le coté jeu a peine à faire oublier l'obstination de ces hommes qui, au prix d'efforts titanesques, réussirent à imposer cette passe insolite.
Place à la découverte. Aujourd'hui un passage grand luxe permet de franchir le premier étranglement rocheux pour parvenir au pont de pierre qui enjambe la Carança.
Ici 2 solutions s'offrent à nous. Si la classique, la plus fréquentée, traverse la riviére pour s'en aller rejoindre la voie taillée dans le roc, il en existe une autre, plus confidentielle, qui permettra d'avoir un aperçu global de la gorge dans sa section la plus impressionnante.
Alors pas d'hésitations, restons donc sur la rive droite et gardons l'autre pour le retour.
Sans franchir le torrent, prendre cette sente qui démarre, discrétement à gauche du pont.

La descente aux enfers

Livré à lui même, le sentier resiste cependant bien aux assauts de la végétation. Il continue à guider nos pas entre les fragrances méditérranéennes et l'odeur des genêts en fleur.
Arrivés à ce qui semble figurer l'altitude maximum de ce petit chemin , un promontoire permet de détailler l'étrange saignée horizontale, qui, en contrebas sur l'autre rive, court au beau milieu d'une haute falaise.
Un ravissant escalier nous guide en direction d'un petit tunnel formé par la chute d'un bloc cyclopéen. Au seuil de cette porte, on se croirait dans "Tintin au temple du soleil"
Comment ne pas y voir un symbole initiatique lorsque l'on sait que , derriére elle, c'est la descente vers les enfers qui débute!
la descente aux enfers(suite)







Enfers? A la période de la fonte des neiges, le terme n'a rien d'exagéré. Car en cet endroit large de quelques métres seulement, la riviére prend tous ses droits, même celui de tout emporter sur son cours. Autant dire que, par fortes eaux, ces lieux sont à déconseiller!!
Les anciens qui connaissaient la fureur de la Carança, n'empruntaient jamais cet étroit goulet et préféraient au péril du canyon les pentes plus débonnaires de Dona Pa. Seuls quelques rares pêcheurs osaient, par bonnes conditions uniquement, braver la riviére. Aujourd'hui pourtant, le goulet fait le bonheur des promeneurs.
A la maniére des plus belles "vias ferratas", la progression y prend, en effet, des allures de jeu sous la forme d'une succession de ponts suspendus et de passerelles métalliques.
Le premier contact ne se fait d'ailleurs pas attendre, et le premier pont surplombant la riviére tumultueuse tend ses suspentes!!
On peut s'y engager sans aucune réticence et l'esprit résolu. Le pont balance et, malgrés son évidente solidité, laisse en proie à des sensations jusqu'alors inconnues.
Aprés un rapide retour sur la terre ferme, une échelle nous hisse sur une passerelle métallique, rigide cette fois ci, qui court le long de la paroi avant de donner sur un pont suspendu.

Des ponts brimbalants


Sous une des passelles, un détail accroche le regard: un pieu à moitié rongé planté dans la roche.
C'est là un des vestiges du petit canal en bois qui, autrefois, courait le long de la riviére. Destiné au flottage des bûches débitées durant l'été par les bergers en estive, le canal rendit de fiers services aux habitants de Thues-entre-Valls dont une des principales ressources fut, pendant longtemps, la fabrication du charbon de bois.
La derniére passelle franchie, l'horizon s'élargit et une ultime échelle permet de rejoindre le plancher des vaches.
Le sentier continue à travers bois en direction des lacs de la Carança eet le refuge n'est plus qu'à uneheure et demie.
Là haut, la vallée s'évase pour venir buter cintre la crête frontiére.
Au sortir de la gorge,on peut soit revenir sur ses pas, soit revenir par Dona Pa.
Pour cette deuxiéme solution,une prise d'eau indique la bonne direction sur un sentier qui laisse apparaitre un vide suffocant.
Taillé dans la roche par les bons soins de la SNCF, il dissimule une conduite forcée qui court à l'horizontal vers les hauteurs de Thues.
Au bout de quelques minutes, la plupart des marcheurs gambadent sur cette étroite plate-forme sans vraiment apercevoir l'étendue du vide.
Séquence exaltation ou séquence frisson.

Accueil